La Chaire Altissia dans MAGAZINE PROF

Libres propros 

L’ubiquité du numérique : réalité d’aujourd’hui et responsabilité de façonner l’avenir

Article publié le 26 / 03 / 2021.

Cette rubrique invite un/des expert(s) à faire part d’un message jugé important dans le contexte actuel. Chris Tanasescu est titulaire de la Chaire Altissia qui, au-delà des savoirs parcellaires, mêle sciences humaines et technologie au service des étudiants et étudiantes d’aujourd’hui.

Nous entendons de plus en plus parler du virage numérique dans notre culture, de l’ère (post)numérique, ou encore de la/des culture(s) contemporaine(s) de la connectivité. Ces termes font référence à l’omniprésence du numérique qui pénètre profondément et remodèle fondamentalement tous les aspects de notre culture, de notre quotidien, jusqu’à nos vies personnelles, nos pensées et nos sentiments.

Cette évolution comporte des avantages multiples, mais aussi des inconvénients potentiels ou, parfois, des aspects potentiellement menaçants. Dans ce contexte, le défi pour un instructeur est, tout en sensibilisant les étudiantes et étudiants aux transformations profondes et étendues apportées par le numérique, de les amener à l’intégrer de manière organique dans leurs activités éducatives scolaires et extrascolaires et à (re)penser le numérique de manière critique et créative. Le numérique change en fait nos disciplines et change aussi la société.

Chris Tanasescu, titulaire de la Chaire Altissia à la Faculté de philosophie, arts et lettres de l'UCLouvain, et professeur en humanités numériques

Chris Tanasescu, titulaire de la Chaire Altissia à la Faculté de philosophie, arts et lettres de l’UCLouvain, et professeur en humanités numériques

Les avantages et les défis des données, de l’intelligence artificielle et de l’algocratie

Le numérique a apporté des changements majeurs dans tous les domaines de la vie et dans toutes les disciplines, à tel point que, dans l’éducation, il a souvent été considéré comme le moteur de l’innovation contemporaine inter et trans-disciplinaire. Bien que les universitaires ne s’accordent pas toujours sur ce que sont les humanités numériques (de l’analyse informatique des textes littéraires, par exemple, à la gestion automatique des données sur les sciences humaines et sociales), l’omniprésence des méthodes, outils, et applications numériques utilisés dans la recherche et l’éducation, est un fait.

Pourtant, cette omniprésence a ses pièges et ses inconvénients. Tout se transforme en données et, comme l’affirme une publication bien connue (dirigée par Lisa Gitelman) dans son titre même, « les données brutes (raw data) sont un oxymore ». Les données ne sont jamais crues, elles sont toujours… cooked (cuites) ; elles sont rhétoriques, elles illustrent certaines idéologies.

De plus, si tout est données, alors nous le sommes aussi. Le simple fait de surfer sur Internet, de faire des recherches sur les moteurs de recherche ou d’être actif dans les médias sociaux fait de nous des données exploitables par divers acteurs économiques ou politiques. Le concept de « dataveillance » fait référence à de tels phénomènes : nous sommes nous-mêmes devenus la ressource de collecte de données, dans un système qui se nourrit vampiriquement de nos identités, de nos « likes » et de nos habitudes quotidiennes. 

Les utilisateurs sont ainsi regroupés dans les Big Data dont on parle beaucoup, ce qui soulève de graves questions d’ordre éthique et épistémologique. Nous définissons les Big Data comme un phénomène qui repose sur l’interaction de plusieurs facteurs (technologie, analyse et, notamment, mythologie). Il ne s’agit pas seulement d’une question d’échelle et il ne suffit pas de la considérer en termes de proximité ou distance. Il s’agit plutôt d’un changement profond au niveau de l’épistémologie et de l’éthique.

Big Data recadre des questions-clés sur la constitution des connaissances, la manière dont nous devrions nous engager avec l’information, et la nature et la catégorisation de la réalité. Trop souvent, les Big Data permettent la pratique de l’apophenie : voir des modèles là où il n’y en a pas, simplement parce que d’énormes quantités de données peuvent offrir des connexions qui rayonnent dans toutes les directions. Dans un exemple notable, un auteur a démontré que les techniques d’exploration de données pouvaient montrer une corrélation forte mais fallacieuse entre les changements de l’indice boursier S&P 500 et la production de beurre au Bangladesh…

Qu’est-ce qui peut vraiment nous aider à analyser avec précision ces énormes quantités de données ? Les algorithmes et, en particulier, l’intelligence artificielle. L’un des changements de haut niveau les plus importants dans la conception des algorithmes ces dernières années est le passage des algorithmes « descendants » (top-down) (dans lesquels un programmeur ou une équipe de programmeurs définit de manière exhaustive l’ensemble des règles de l’algorithme) aux algorithmes d’apprentissage machine
« ascendants » (bottom-up) (dans lesquels l’algorithme reçoit une règle d’apprentissage et est formé sur de grands ensembles de données afin de développer ses propres règles).

Mais les algorithmes ascendants créent néanmoins certains problèmes en ce qui concerne la transparence et l’opacité des systèmes d’intelligence artificielle, et particulièrement le système de gouvernance algorithmique.

Il existe en effet une volonté croissante d’externaliser le pouvoir de décision vers des systèmes de prise de décision basés sur des algorithmes. Mais un système de gouvernance algorithmique doit être conçu et mis en œuvre de manière à garantir à la fois son efficacité et sa légitimité. Nous devons nous assurer qu’il s’agit d’un moyen efficace pour atteindre un objectif politique, tout en restant équitable, ouvert et impartial sur le plan de la procédure.

Si certains auteurs estiment que l’algocratie peut être rendue à la fois efficace et éthique en prenant diverses mesures (en adoptant par exemple des architectures en chaine de blocs, blockchain), d’autres critiquent sévèrement la gouvernance algorithmique. L’auteure et penseuse belge Antoinette Rouvroy, par exemple, affirme qu’il est nécessaire de retourner à la réalité et de tourner le dos à l’optimisation sans fin, car l’algocratie représente « la mort du politique ». 

La promesse de l’éducation et de la recherche sur les cultures et l’éthique du numérique  

Les jeunes générations ont l’avantage d’être exposées au numérique et vivent dès leur plus jeune âge dans la « culture de la connectivité » (expression de José van Dijck). Elles peuvent donc poser des questions critiques sur la validité éthique de ces technologies, tout en étant conscientes et informées de ce qui se cache « sous le capot » des applications numériques et de l’intelligence artificielle, ou en étant capables de faire des recherches à ce sujet. 

Les cours, programmes et options universitaires — telles que celles offertes par la Chaire Altissia (1) en Cultures et éthique du numérique, à la Faculté de philosophie, arts et lettres (FIAL) de l’UCLouvain — dans les humanités numériques et l’application de perspectives critiques et réfléchies humanistes inter/trans-disciplinaires dans le numérique, tout en offrant de solides introductions à la programmation informatique, peuvent élargir les horizons des étudiants et les rendre plus compétitifs sur le marché du travail.

Mais ils peuvent aussi les rendre capables de construire des cultures, des communautés, et des technologies meilleures et plus équitables. Comme l’a déclaré l’universitaire Tobias Blanke, les deux contributions les plus remarquables des humanités numériques aux sciences humaines et à l’informatique sont la lecture à distance (distant reading, l’utilisation d’algorithmes dans la lecture automatiques de grandes quantités de textes humanistes) et la critique éthique de l’intelligence artificielle. 

C’est le grand défi et la mission passionnante que les éducateurs et les étudiants ont aujourd’hui la possibilité d’aborder et de mener à bien ensemble, en maitrisant et en remodelant le numérique pour un monde meilleur, éthiquement responsable et inclusif.

Chris TANASESCU

(1) La Chaire Altissia organise périodiquement des conférences en ligne. Infos via https://sites.uclouvain.be/chairealtissia.

En deux mots

Chris Tanasescu est le titulaire de la Chaire Altissia à la Faculté de philosophie, arts et lettres de l’UCLouvain, et professeur en humanités numériques.

Il est diplômé en anglais, en mathématiques et en informatique, donc il combine ses formations pour donner des cours interdisciplinaires et post-disciplinaires sur les approches numériques en sciences humaines et sociales, et faire des recherches en études littéraires, notamment sur la poésie contemporaine, en utilisant les dernières méthodes informatiques ou outils et logiciels numériques.

En outre, il est un poète et interprète (connu sous le nom de MARGENTO) qui utilise les technologies numériques (twitter.com/GraphPoem) et les approches inter-media et cross-artform (bit.ly/2Xzdk4p), en étant fidèle à sa propre conviction que le numérique transforme en permanence notre existence.

Plus d’infos MAGAZINE PROF N°49 : https://bit.ly/3y00nQj

TNT 2020-21 (IV) Soon!

UPDATE: EVENT RESCHEDULED FOR FALL 2021

MISE À JOUR : L’ÉVÉNEMENT EST REPORTÉ À L’AUTOMNE 2021

Soon / Prochainement !





Our next lecturer is none other than / Notre prochain conférencier n’est autre que

Michael Eberle-Sinatra!!!!





Michael E. Sinatra is Professor of English at the Université de Montréal. Sinatra is the founding director of the DH Center CRIHN, and the founding editor of Romanticism on the Net. He is an associated fellow of Marcello Vitali-Rosati’s CRC in Digital Textualities, the director of Nines, and the co-general editor of the series Parcours numériques.

Micheal E. Sinatra est professeur titulaire d’anglais au Département de littératures et de langues du monde de l’Université de Montréal. Il est aussi le directeur du groupe de recherche GREN et le co-éditeur général de la série Parcours numériques.





The event will take place on / L’événement aura lieu

April 27th, from 5 PM Brussels time (CEST) / 11 AM Montreal time (EDT)

le 27 avril, à partir de 17h, heure de Bruxelles (CEST) / 11h, heure de Montréal (EDT)

on / sur TEAMS :

https://bit.ly/31X05uB





Stay tuned for further details! / Restez à l’écoute pour plus de détails !

Altissia Chair @ KBR-ULB-UGent Digital Heritage Series

Digital Humanities Research 2020-2021

Part II. DH Scholars in BE

KBR invites you to attend a new scholarly series on digital cultural heritage, the KBR-ULB-UGent Digital Heritage Seminar.

In the second part of this series from May to June in 2021 we will virtually host three academic scholars in presenting their work on cultural heritage materials, digital methods and digital humanities. Dealing with a variety of topics, periods and methods, these talks will be held in English, with questions in French, Dutch or English. The target audience is scholars, but the general public is warmly welcome. 

This series is co-organised by KBR’s two labs: Camille (Center for Archives on the Media and Information) and the Digital Research Lab, in cooperation with Université libre de Bruxelles and Ghent University.

Programme

  • Tuesday 25  May 15:00 – 16:30: Computationally Assembled Collections, Live Archiving, Hybridizing Corpora: Poetry as/of Data | Chris Tanasescu, Professor & Altissia Chair in Digital Cultures and Ethics, UCLouvain.

The talk will analyze the opportunities and challenges of data for/as computational approaches to poetry, with specific references to the #GraphPoem project. The latter deploys natural language processing and graph theory applications in representing, analyzing, and expanding poetry corpora as networks. But where do we find the data for the corpora, and how do we collect and assemble them?

In poetry the question becomes even more critical as we deal with both traditional/‘page based’ and digital (or electronic literature) forms and genres. Combining these genres and form(at)s begs for artificial intelligence-informed approaches that treat them specifically, at times on a poem-to-poem basis, while also establishing a foundation for making them cohere into intermedially assembled collections and computationally assembled anthologies.

In an alternative scenario, databases are put together collectively as part of interactive coding events such as the ones presented over the past few years as “institute performances” at the Digital Humanities Summer Institute (DHSI). Participants contribute data and run coding scripts assembling, analyzing, and sampling them automatically and feeding them into live streamed archives with a community performing function. A third relevant data-intensive approach involves corpora that are hybridized by, or submerged into, other corpora both enriching and subverting the ‘original.’ The resulting consolidated data is fed to algorithms that comb the processed neighborhoods of words, lines of verse, stanzas, passages or entire works for probabilistically close replacements and thus output conglomerates of alternative readings and reconfigurations.

The conclusion will consider poetry in digital space and media as a possible experimental gateway to tackling the present-day more general challenges related to cataloging, managing, analyzing, and expanding multi and inter-medial data within an analytical-creative framework.

Duration: 1,5 hours

REGISTER HERE

Registration is free but mandatory. The morning of the event you will be sent the link to the virtual series and the etiquette to follow.

Should have any further questions please email julie.birkholz@kbr.be or antoine.jacquet@kbr.be.

MORE INFO & REGISTRATION

Bourse de recherche doctorale : projet BELTRANS. INTRA-BELGIAN TRANSLATIONS 1970-2020, 1 temps plein CDD de quatre ans

Université catholique de Louvain,
Institut des Civilisations, Arts et Lettres
Institut d’Analyse du Changement dans l’Histoire et les Sociétés contemporaines
Centre de recherche en Ecriture, Création et Représentation : Littératures et Arts de la scène (ECR)
Laboratoire de recherches historiques (LaRHis)

Titre requis

Diplôme de Master (avec Distinction au moins) donnant accès au doctorat en :

  • Histoire ;
  • Langues et littératures modernes (néerlandais, français et/ou une autre langue moderne) ;
  • Littérature comparée ;
  • Traduction;
  • ou équivalent.

Compétences requises

  • très bonne connaissance du néerlandais et français, bonne connaissance de l’anglais
  • Autonomie dans le travail tout comme capacité à travailler en équipe
  • motivation et curiosité intellectuelle
  • capacité d’intégration au sein d’un environnement de recherche multilingue et interdisciplinaire.
  • Excellentes capacités organisationnelles et aptitudes à communiquer

Atouts

Un minimum de compétences dans un maximum de domaines suivants constitue un atout :

  • Histoire culturelle (littéraire) ou transferts culturels
  • Histoire de la Belgique (spécialité contemporaine), histoire du Temps présent

  • Expérience en traduction, expertise en traductologie
  • Expérience en édition, expertise en sciences du livre

Description du projet

Le ou la candidat.e retenu.e mènera une recherche doctorale financée par le programme-cadre BRAIN.be (Belgian Research Action Through Interdisciplinary Networks) de BELSPO dans le cadre du projet BELTRANS – Intra-Belgian literary translations 1970-2020.

Le projet Traductions littéraires intra-belges depuis 1970 (BELTRANS) vise à étudier la circulation et la réception de textes littéraires publiés par des auteurs belges et traduits en néerlandais et en français, afin d’étudier la connaissance mutuelle que chaque communauté linguistique a de l’autre par le biais de ses échanges culturels, et par quelles stratégies, cadres et normes celle-ci s’effectue. L’objectif sera de s’interroger sur le rôle des  traductions dans la perception d’un répertoire culturel commun et la constitution d’un sentiment d’identité partagée au niveau belge. En particulier, on se demandera si les différentes réformes de l’état ont eu des incidences sur les politiques culturelles, et si les changements dans le paysage politique ont affecté la dynamique de traduction, et dès lors la perception culturelle réciproque entre la Flandre et la Belgique francophone.

Environnement de travail

Ce mandat de recherche, comme partie intégrante du projet BELTRANS, sera conduit à l’UCLouvain, sur le campus de Louvain-la-Neuve, durant une durée maximale de 4 ans (date d’entrée en fonction : 1er juillet 2021) sous la direction des Prof. Stéphanie Vanasten (UCLouvain) et Emmanuel Debruyne (UCLouvain), et mené en étroite collaboration avec le consortium de recherche BELTRANS (KBR, KULeuven, UCLouvain) et leurs groupes et réseaux de recherche respectifs. Le poste correspond à une bourse de doctorat selon les barèmes en vigueur à l’UCLouvain. Le ou la candidat.e retenu.e participera, au sein de l’équipe de recherche BELTRANS, aux ateliers, séminaires, congrès internationaux, publications et projets culturels prévus dans le projet. Ses travaux devront mener à l’obtention d’un doctorat.

Comment postuler

Les candidat.e.s sont invité.e.s à soumettre leur candidature via la plateforme en ligne / sous format électronique aux Prof. Stéphanie Vanasten et Prof. Emmanuel Debruyne pour le 3 mai 2021.

Le dossier de candidature contiendra les documents suivants :

  • Un CV avec bibliographie (comprenant un aperçu des résultats obtenus, une copie du titre de master et les coordonnées de deux personnalités académiques de référence)
  • Une lettre de motivation (max 2 p.) dans laquelle le/la candidat.e développera notamment de manière succincte sa vision du projet de recherche
  • Une copie pdf du mémoire de master ou d’une publication pouvant attester de l’adéquation du candidat/ de la candidate au profil recherché pour le projet.

Sur base de ces documents, les candidat.e.s seront sélectionné.e.s pour un entretien.

L’UCLouvain, via son plan d’action en matière de politique de genre, entend promouvoir l’égalité des genres en veillant à l’égalité des chances.

Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de Stéphanie Vanasten et Emmanuel Debruyne.

[Le titulaire de la Chaire Altissia est actif dans le projet en tant que membre du comité de suivi impliqué dans la recherche.]

Intéressé.e par cette vacance de poste ? Consultez également la vacance de poste pour une bourse de doctorat à la KULeuven liée au même projet ‘België-Belgique : vijftig jaar intra-Belgische literaire vertalingen (1970-2020) et financée par le FWO (Fonds voor Wetenschappelijk Onderzoek Vlaanderen)

Plus d’infos : https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/actualites/bourse-de-recherche-doctorale-projet-beltrans-intra-belgian-translations-1970-2020-1-temps-plein-cdd-de-quatre-ans.html

TNT 2020-21 (III)–March 9 2021

Nous avons le plaisir de vous inviter à un nouvel événement de la

Série de conférences TNT 2020-21

organisée par
La Chaire Altissia en Cultures et Éthique du Numérique, UCLouvain





Prof. Diana Inkpen

University of Ottawa / Université d’Ottawa





Première étape / Step 1
Natural Language Processing for Book Recommender Systems
Conférence enregistrée, disponible à l’adresse suivante / Recorded talk at





Deuxième étape / Step 2

Q&R avec / Q&A with Prof. Diana Inkpen
Le 9 mars à partir de 16h / March 9th from 4 pm 

sur / on TEAMS: https://bit.ly/3pYQn4E





Troisième étape / Step 3

Les questions peuvent également être envoyées par courriel à l’adresse chris.tanasescu@uclouvain.be pour le 8 mars au plus tard.

Questions can also be sent in by email to chris.tanasescu@uclouvain.be  by March 8th. 





Profitez de l’enregistrement ! Et au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux à la séance de questions et réponses du 9 mars !

Cordialement,

L’équipe de la Chaire Altissia

TNT 2020-21 (III) Soon!

Soon / Prochainement !





Celebrated academic and author Diana Inkpen (University of Ottawa) will give a talk on her cutting edge work on / La célèbre universitaire et auteur Diana Inkpen (Université d’Ottawa) donnera une conférence sur son travail de pointe sur





Natural Language Processing for Book Recommender Systems





Stay tuned! / Restez connecté.e.s !!!

TNT 2020-21 (II) — R&Q

R&Q pour la conférence donnée par / Q&A following up on the lecture given by

Prof. Øyvind Eide (University of Cologne)

sur / on

Text-based Maps. Between Production and Reflection

Deux questions envoyées par courriel par Ferran Suner Munoz ont également été abordées par le conférencier dans le cadre des R&Q enregistrées. 

Two questions sent in by email by Ferran Suner Munoz  were also addressed by our guest lecturer as part of the recorded Q&A.

HANDLING News

HANDLING : Writers Handling Pictures: a Material Intermediality (1880-today) est un programme de recherche financé par l’ERC (European Research Council) de 2019 à 2024, piloté par Anne Reverseau, et basé à l’université de Louvain-la-Neuve (UCLouvain, en Belgique).





Actualités et annonces





Penser avec les mains, film d’Adrien Genoudet, 2020.
Film documentaire réalisé lors de la journée d’étude « L’écrivain iconographe : manipulation et agencement d’images » , UCLouvain, 9 septembre 2019, dans le cadre du projet de recherche ERC HANDLING.  
La version intégrale (37 minutes) est visible sur la chaîne YouTube de l’UCLouvain.
En voici le trailer :

 





L’appel pour le troisième volet du cycle  Iconothèques vient d’être lancé. Cette rencontre sur les iconothèques d’écrivain·e·s contemporaines aura lieu à Montréal  les 7 et 8 avril 2022 sous la direction de Bertrand Gervais (UQAM), Corentin Lahouste (UCLouvain) et Anne Reverseau (FNRS / UCLouvain).
Vous avez jusqu’au 20 mars prochain pour envoyer vos propositions.

 




 “Quand l’image touche la littérature. Hapticité des rapports icono-poétiques (XXe -XXIe s.)”
L’appel à communications pour la journée qui aura lieu les 14 et 15 juin 2021  est ouvert pour quelques jours encore : jusqu’au 25 janvier 2021. 

N’hésitez pas à proposer quelque chose ! 





La Masterclass de Philippe De Jonckheere  « Fonds de tiroirs » (en journée) ainsi que la performance d’Adrien Genoudet « La mouche est dans le vinaigre » (en soirée) sont reportées au vendredi 26 mars 2021 à Kanal – Centre Pompidou (Bruxelles).
Réservations : groupehandling@gmail.com
 




Malgré la situation sanitaire due au coronavirus, la première partie de la résidence de l’écrivain Adrien Genoudet a eu lieu début décembre 2020, en format distanciel: 

– avec une séance du séminaire La main et l’image consacrée à Didi-Huberman (le 10 décembre)
– et la première séance de l’atelier d’écriture en partenariat avec l’école d’art La Cambre (le 14 décembre).

Comme écrivain, mais aussi chercheur en histoire visuelle, le jeune français a présenté aux étudiants de l’Atelier des Ecritures contemporaines dirigé par Gilles Collard, un projet pour les prochains mois : l’écriture de plusieurs récits depuis le vaste répertoire visuel des Archives de la Planète d’Albert Kahn.

Retrouvez le compte-rendu des ateliers sur notre site 





Retrouvez plus d’informations et d’autres événements dans  l’agenda HANDLING
 
 Le projet de recherche HANDLING est financé par une bourse « Starting Grant » de l’ERC (European Research Council) dans le cadre du programme « Horizon 2020 » (Grant agreement n° 804259).