Job Opening: Postdoc, Digital Literature Lab

UPDATE. Deadline extension: August 31st, 2021.

Job offer:
We are hiring a Specialist in Digital Humanities

1 FTE: 50% PostDoc (UCLouvain) and 50% contractual SW2 Workleader (KBR)

With special interest in Electronic Literature and/or Automatic Text Processing for the FedTwin project Prf-2020-026_KBR-DLL

KBR Digital Literary Lab #ElectronicLiterature #NLP #Library #Metadata #Corpora

Summary of the project

This research will be carried out within the framework of the FED-tWIN programme of sustainable research cooperation between the federal scientific institutes (FSI) and the Belgian universities. It undertakes the opening of a digital literature lab in Belgium. Located in the heart of the Royal Library of Belgium and working in conjunction with UCLouvain, this laboratory will be a place for the archiving of, and research into, contemporary Belgian digital literature. It will bring together researchers working in literature, computer science, library science, and archiving in order to propose an in-depth study of the subject.

At present, works of digital literature are mostly available online, on authors’ personal sites, in virtual exhibitions set up by insiders, or even within a few rare journal issues. Some more professional initiatives allow authors to be distributed by producers or web content agencies. They also exist as independent entities, scattered or even hidden in the almost infinite virtual space of the web. It is necessary to create a place that makes them visible and consultable, hence the urgency of creating a directory. It is therefore essential for Belgium to equip itself with resources such as the Digital Literary Laboratory (DLL) to make its productions accessible in the public sphere.

The aim of this collaborative project between UCLouvain and KBR would then be to establish a media laboratory to study the emerging field of digital literature. Firstly, the objective would be to promote a corpus of digital literature in order to allow for its study and dissemination. Secondly, the project would strive to define Belgium’s rightful place in the international landscape and to develop partnerships between Belgian creators and institutions in order to stimulate the production of new works, as well as increase the visibility of older works through archiving and the creation of ontologies. Accordingly, it would be necessary to develop strategies for archiving and disseminating digital literature by integrating a network of academics and artists who are already seeking to formalize such an approach. Examples include the Canada Research Chair in Digital Arts and Literature (led by Bertrand Gervais PhD), the Electronic Literature Organization (ELO – led by Leonardo Flores PhD), or the Consortium on Electronic Literature (CELL Project – led by Davin Heckman PhD and Joseph Tabbi PhD). These organizations work to institutionalize the field of digital literature by provoking cross- fertilization between authors, academics, and institutions. We could then enable our researchers and artists significantly to integrate research and production networks, and thus contemplate long-term partnerships.

The objectives and stages of this FED-TWIN project are therefore, in brief:

1- To establish a corpus of Belgian digital literature, which involves:

a. helping to define the field of digital literature, taking into account its evolving and open nature;

b. To contribute significantly to the institutionalization of the field of digital literature through legal deposits;

c. To shed light on the specificities of Belgian productions.
2- To ensure access and visibility of electronic literary production in Belgium:

a. by efficiently archiving extant works in full understanding of their complexity (content, forms, technologies);

b. by promoting scientific research;
c. by facilitating public access to works through a proactive policy;

d. by helping to stimulate the production of new works.

In a logic of practice-as-research aimed at combining scientific approaches and creative work, a place to experiment with these new forms of writing will be set up within KBR. Different types of scientific events or events aimed at the general public can be organized there.

Appel à candidatures Profil recherché

Mission

Le chercheur ou la chercheuse devra contribuer directement à la réalisation des objectifs du projet décrits ci-dessus. Dans le cadre de ce programme FED-tWIN, elle ou il développera et mettra en œuvre des projets de recherche nouveaux et innovants et assurera une production scientifique de haut niveau, ce qui implique notamment :

  • la publication de résultats des recherches effectuées par les voies appropriées ;
  • un engagement fort en faveur de la communication scientifique, tant orale qu’écrite, pour un public cible diversifié. Compte tenu du rôle social de la KBR, en complément de la production académique sont également attendues des publications de vulgarisation ainsi quel’organisation d’événements de sensibilisation destinés au grand public ;
  • l’élaboration de dossiers de candidature pour des projets permettant le développement de la recherche scientifique interdisciplinaire et de la valorisation de la coopération entre lal’UCLouvain et la KBR ;
  • le développement et la consolidation des réseaux professionnels et sociaux des deuxorganisations dans le domaine du projet ;
  • Une activité pédagogique permettant la valorisation des acquis de la recherche dans desactivités d’enseignement à l’UCLouvain.Inscrire la KBR dans la dynamique internationale de projets en humanités numériques liés à la littérature électronique.

Diplôme

Diplôme de doctorat en littérature, sémiologie, humanités numérique, traitement automatique du langage ou dans un autre domaine directement pertinent pour le projet.

Le titre de docteur doit avoir été obtenu au maximum 12 ans avant la date ultime d’introduction des dossiers de candidature. La période visée est prolongée d’un an par période de congé de maternité, parental ou d’adoption à temps plein, ou pour la durée réelle des périodes attestées de maladie de longue durée du candidat ou d’un membre de famille du 1er degré.

Compétences techniques

Le candidat doit avoir un double profil avec des compétences en littérature et dans le domaine informatique. Il doit avoir un doctorat dans l’un des deux domaines et un diplôme complémentaire ou une expérience professionnelle probante dans l’autre domaine.

Dans tous les cas, la lettre de candidature devra faire état de l’expérience concrète dans le domaine de la programmation.

Le candidat doit être capable dès sa prise de fonction de prendre en main des projets informatiques (gestion de bases de données, développement de programmes, utilisation de taxonomies, etc.). On attend donc un niveau élevé de connaissances techniques et numériques, dont une connaissance approfondie :

  • –  de langages de programmation utilisés dans les sciences humaines (Python, C++, R, …),
  • –  des normes relatives au web et aux métadonnées,
  • –  de l’interopérabilité dans l’échange de données,
  • –  algorithmique du texte et / ou multimédia,
  • –  des bases de la programmation web, afin d’être en mesure de diriger l’équipe de programmation.Le candidat pourra faire état d’une expérience ou de connaissances dans un ou plusieurs des domaines suivants : traitement automatique du langage, apprentissage automatique (machine learning), sciences des données (data science), données liées (linked data), taxonomies & ontologies. Dans le domaine littéraire, le candidat devra avoir des compétences dans un ou plusieurs des domaines : analyse littéraire, analyse littéraire computationnelle (computational literary analysis), littérature numérique. Il n’y a pas de durée minimum d’expérience requise après l’obtention du doctorat.

    Compétences relationnelles. La personne recherchée aura :
  • –  Une approche orientée par les objectifs : le candidat ou la candidate devra démontrer de la volonté et de l’ambition afin de générer des résultats de qualité et assumer la responsabilité des actions entreprises ;
  • –  Des capacités d’initiative et une grande autonomie ;
  • –  Un excellent sens du contact et la capacité d’animer un réseau : il ou elle devra rester informéà propos des environnements respectifs des institutions du consortium et maintenir les conditions d’une collaboration efficace. Il s’agira notamment de développer et maintenir la structure organisationnelle du projet ;
  • –  La capacité de travailler en équipe : créer et améliorer l’esprit d’équipe en partageant ses avis et ses idées et en contribuant à la résolution de conflits entre collègues.
  • –  Un esprit de leadership : il ou elle sera capable de motiver les collaborateurs, reconnaître leurs qualités, les stimuler à prendre des initiatives en leur donnant des responsabilités et en s’adaptant soi-même ;

    Atouts complémentaires
  • –  Connaître le milieu littéraire belge.
  • –  Disposer d’un réseau professionnel dans le domaine de la littérature numérique ou destechnologies liées à l’analyse de texte.
  • –  Être familiarisé avec le secteur des bibliothèques et connaître le contexte des missions de KBR.
  • –  Avoir une bonne connaissance active du français, du néerlandais et / ou de l’anglais ;

    Connaissance des langues. Ce poste est accessible aux candidats pouvant être affectés au rôle de langue française, en application des règles à cet effet déterminées par les lois sur l’utilisation des langues en matière administrative. C’est-à-dire être diplômé d’une université francophone ou être capable de passer un test de niveau prouvant son niveau de maîtrise du français.Si, au moment du recrutement, le candidat ou la candidate ne connaît pas ou pas suffisamment le français, l’UCLouvain lui proposera une offre de formation afin d’acquérir les connaissances requises. Le candidat doit également être capable de communiquer en anglais. Compte tenu de l’environnement bilingue dans lequel il ou elle se retrouvera à la suite de son recrutement à la KBR, la connaissance du néerlandais est également un avantage. L’UCLouvain peut également apporter un soutien à la formation dans ces deux langues.

    Informations contractuelles. Le poste proposé est un poste à 100% structuré de la manière suivante :
  • –  Un contrat à durée indéterminée à 50% à prester à la KBR au statut de chef de projet (SW2) ;
  • –  Un contrat à durée indéterminée à 50% à prester à l’UCLouvain (50% chercheur ou chercheusepost-doctoral)

    Candidatures. Les candidatures doivent être composées d’une lettre de motivation de max. 2 pages, d’un CV détaillé avec une liste de publications et de deux lettres de recommandation. Le tout est à adresser par courrier électronique avant le 31 juillet 2021 [MISE À JOUR : 31 août] à :
  • M. Frédéric Lemmers, Responsable du service DIGIT, Bibliothèque royale de Belgique (frederic.lemmers@kbr.be)
  • Prof. Cédrick Fairon, Directeur du Centre de traitement automatique du langage de l’UCLouvain (Cédrick.fairon@uclouvain.be). Les auteurs des lettres de recommandation seront invités à envoyer directement leur courrier à Sophie Vandepontseele et Cédrick Fairon, sans passer par le candidat ou la candidate.

    Procédure de sélection

page4image23952page4image24112

Si nous recevons plus de 6 candidatures répondant aux conditions de participation, une première sélection sera effectuée sur base des CV et des lettres de motivation. Les personnes retenues seront invitées à un entretien qui aura lieu entre le 09/08/2021 et le 13/08/2021. L’épreuve orale, d’une durée d’une heure, vise à évaluer votre motivation et vos affinités avec la fonction ainsi que vos compétences techniques et comportementales. Vous serez invité à présenter en 15 minutes votre vision du projet et cette présentation sera suivie d’un débat avec le jury composé de membres de la KBR et de l’UCLouvain.

L’entrée en fonction est prévue pour le 01/10/2021.

L’UCLouvain et la KBR veulent créer un environnement de travail dans lequel tous les talents peuvent se développer autant que possible, sans distinction de sexe, d’âge, d’origine culturelle, de nationalité ou de handicap. Pour toute question concernant l’accessibilité ou les possibilités de soutien, veuillez consulter https://jobs.uclouvain.be/content/ValeursRH/ et/ou contacter hr@kbr.be.

UPDATE: Deadline for submitting an application: August 31st 2021.

La Chaire Altissia dans MAGAZINE PROF

Libres propros 

L’ubiquité du numérique : réalité d’aujourd’hui et responsabilité de façonner l’avenir

Article publié le 26 / 03 / 2021.

Cette rubrique invite un/des expert(s) à faire part d’un message jugé important dans le contexte actuel. Chris Tanasescu est titulaire de la Chaire Altissia qui, au-delà des savoirs parcellaires, mêle sciences humaines et technologie au service des étudiants et étudiantes d’aujourd’hui.

Nous entendons de plus en plus parler du virage numérique dans notre culture, de l’ère (post)numérique, ou encore de la/des culture(s) contemporaine(s) de la connectivité. Ces termes font référence à l’omniprésence du numérique qui pénètre profondément et remodèle fondamentalement tous les aspects de notre culture, de notre quotidien, jusqu’à nos vies personnelles, nos pensées et nos sentiments.

Cette évolution comporte des avantages multiples, mais aussi des inconvénients potentiels ou, parfois, des aspects potentiellement menaçants. Dans ce contexte, le défi pour un instructeur est, tout en sensibilisant les étudiantes et étudiants aux transformations profondes et étendues apportées par le numérique, de les amener à l’intégrer de manière organique dans leurs activités éducatives scolaires et extrascolaires et à (re)penser le numérique de manière critique et créative. Le numérique change en fait nos disciplines et change aussi la société.

Chris Tanasescu, titulaire de la Chaire Altissia à la Faculté de philosophie, arts et lettres de l'UCLouvain, et professeur en humanités numériques

Chris Tanasescu, titulaire de la Chaire Altissia à la Faculté de philosophie, arts et lettres de l’UCLouvain, et professeur en humanités numériques

Les avantages et les défis des données, de l’intelligence artificielle et de l’algocratie

Le numérique a apporté des changements majeurs dans tous les domaines de la vie et dans toutes les disciplines, à tel point que, dans l’éducation, il a souvent été considéré comme le moteur de l’innovation contemporaine inter et trans-disciplinaire. Bien que les universitaires ne s’accordent pas toujours sur ce que sont les humanités numériques (de l’analyse informatique des textes littéraires, par exemple, à la gestion automatique des données sur les sciences humaines et sociales), l’omniprésence des méthodes, outils, et applications numériques utilisés dans la recherche et l’éducation, est un fait.

Pourtant, cette omniprésence a ses pièges et ses inconvénients. Tout se transforme en données et, comme l’affirme une publication bien connue (dirigée par Lisa Gitelman) dans son titre même, « les données brutes (raw data) sont un oxymore ». Les données ne sont jamais crues, elles sont toujours… cooked (cuites) ; elles sont rhétoriques, elles illustrent certaines idéologies.

De plus, si tout est données, alors nous le sommes aussi. Le simple fait de surfer sur Internet, de faire des recherches sur les moteurs de recherche ou d’être actif dans les médias sociaux fait de nous des données exploitables par divers acteurs économiques ou politiques. Le concept de « dataveillance » fait référence à de tels phénomènes : nous sommes nous-mêmes devenus la ressource de collecte de données, dans un système qui se nourrit vampiriquement de nos identités, de nos « likes » et de nos habitudes quotidiennes. 

Les utilisateurs sont ainsi regroupés dans les Big Data dont on parle beaucoup, ce qui soulève de graves questions d’ordre éthique et épistémologique. Nous définissons les Big Data comme un phénomène qui repose sur l’interaction de plusieurs facteurs (technologie, analyse et, notamment, mythologie). Il ne s’agit pas seulement d’une question d’échelle et il ne suffit pas de la considérer en termes de proximité ou distance. Il s’agit plutôt d’un changement profond au niveau de l’épistémologie et de l’éthique.

Big Data recadre des questions-clés sur la constitution des connaissances, la manière dont nous devrions nous engager avec l’information, et la nature et la catégorisation de la réalité. Trop souvent, les Big Data permettent la pratique de l’apophenie : voir des modèles là où il n’y en a pas, simplement parce que d’énormes quantités de données peuvent offrir des connexions qui rayonnent dans toutes les directions. Dans un exemple notable, un auteur a démontré que les techniques d’exploration de données pouvaient montrer une corrélation forte mais fallacieuse entre les changements de l’indice boursier S&P 500 et la production de beurre au Bangladesh…

Qu’est-ce qui peut vraiment nous aider à analyser avec précision ces énormes quantités de données ? Les algorithmes et, en particulier, l’intelligence artificielle. L’un des changements de haut niveau les plus importants dans la conception des algorithmes ces dernières années est le passage des algorithmes « descendants » (top-down) (dans lesquels un programmeur ou une équipe de programmeurs définit de manière exhaustive l’ensemble des règles de l’algorithme) aux algorithmes d’apprentissage machine
« ascendants » (bottom-up) (dans lesquels l’algorithme reçoit une règle d’apprentissage et est formé sur de grands ensembles de données afin de développer ses propres règles).

Mais les algorithmes ascendants créent néanmoins certains problèmes en ce qui concerne la transparence et l’opacité des systèmes d’intelligence artificielle, et particulièrement le système de gouvernance algorithmique.

Il existe en effet une volonté croissante d’externaliser le pouvoir de décision vers des systèmes de prise de décision basés sur des algorithmes. Mais un système de gouvernance algorithmique doit être conçu et mis en œuvre de manière à garantir à la fois son efficacité et sa légitimité. Nous devons nous assurer qu’il s’agit d’un moyen efficace pour atteindre un objectif politique, tout en restant équitable, ouvert et impartial sur le plan de la procédure.

Si certains auteurs estiment que l’algocratie peut être rendue à la fois efficace et éthique en prenant diverses mesures (en adoptant par exemple des architectures en chaine de blocs, blockchain), d’autres critiquent sévèrement la gouvernance algorithmique. L’auteure et penseuse belge Antoinette Rouvroy, par exemple, affirme qu’il est nécessaire de retourner à la réalité et de tourner le dos à l’optimisation sans fin, car l’algocratie représente « la mort du politique ». 

La promesse de l’éducation et de la recherche sur les cultures et l’éthique du numérique  

Les jeunes générations ont l’avantage d’être exposées au numérique et vivent dès leur plus jeune âge dans la « culture de la connectivité » (expression de José van Dijck). Elles peuvent donc poser des questions critiques sur la validité éthique de ces technologies, tout en étant conscientes et informées de ce qui se cache « sous le capot » des applications numériques et de l’intelligence artificielle, ou en étant capables de faire des recherches à ce sujet. 

Les cours, programmes et options universitaires — telles que celles offertes par la Chaire Altissia (1) en Cultures et éthique du numérique, à la Faculté de philosophie, arts et lettres (FIAL) de l’UCLouvain — dans les humanités numériques et l’application de perspectives critiques et réfléchies humanistes inter/trans-disciplinaires dans le numérique, tout en offrant de solides introductions à la programmation informatique, peuvent élargir les horizons des étudiants et les rendre plus compétitifs sur le marché du travail.

Mais ils peuvent aussi les rendre capables de construire des cultures, des communautés, et des technologies meilleures et plus équitables. Comme l’a déclaré l’universitaire Tobias Blanke, les deux contributions les plus remarquables des humanités numériques aux sciences humaines et à l’informatique sont la lecture à distance (distant reading, l’utilisation d’algorithmes dans la lecture automatiques de grandes quantités de textes humanistes) et la critique éthique de l’intelligence artificielle. 

C’est le grand défi et la mission passionnante que les éducateurs et les étudiants ont aujourd’hui la possibilité d’aborder et de mener à bien ensemble, en maitrisant et en remodelant le numérique pour un monde meilleur, éthiquement responsable et inclusif.

Chris TANASESCU

(1) La Chaire Altissia organise périodiquement des conférences en ligne. Infos via https://sites.uclouvain.be/chairealtissia.

En deux mots

Chris Tanasescu est le titulaire de la Chaire Altissia à la Faculté de philosophie, arts et lettres de l’UCLouvain, et professeur en humanités numériques.

Il est diplômé en anglais, en mathématiques et en informatique, donc il combine ses formations pour donner des cours interdisciplinaires et post-disciplinaires sur les approches numériques en sciences humaines et sociales, et faire des recherches en études littéraires, notamment sur la poésie contemporaine, en utilisant les dernières méthodes informatiques ou outils et logiciels numériques.

En outre, il est un poète et interprète (connu sous le nom de MARGENTO) qui utilise les technologies numériques (twitter.com/GraphPoem) et les approches inter-media et cross-artform (bit.ly/2Xzdk4p), en étant fidèle à sa propre conviction que le numérique transforme en permanence notre existence.

Plus d’infos MAGAZINE PROF N°49 : https://bit.ly/3y00nQj

Rémi Cardon – La simplification automatique de textes spécialisés et techniques (CENTAL, Louvain-La-Neuve)

Date : 29 avril 2021

Horaire : 14h00 – 15h00

Site web : Séminaires du CENTAL





Rémi Cardon, STL – CNRS / Université de Lille





Abstract :

La simplification automatique de textes est un domaine du traitement automatique des langues (TAL) qui vise à traiter des textes difficiles à lire pour un public donné de façon à les rendre plus accessibles. Notre objectif consiste à simplifier automatiquement les textes médicaux et de santé. Nous présentons l’ensemble de notre travail surcette question, qui va de la collecte et analyse de corpus jusqu’aux expériences en simplification automatique. Nous commençons par la collecte d’un corpus comparable de textes médicaux. À partir du corpus comparable, nous mettons en place une méthode pour en extraire un corpus parallèle, c’est-à-dire un corpus comprenant des couples de phrases qui ont le même sens mais diffèrent par leur degré de difficulté. Afin de valoriser ce corpus parallèle, nous créons également un corpus de paires de phrases annotées selon leur similarité sémantique, avec des scores allant de 0 (sémantique indépendante) à 5 (même sémantique). Les deux corpus sont disponibles pour la recherche. Enfin, nous présentons une série d’expériences en simplification automatique de textes médicaux en français. Ainsi, nous mettons à l’œuvre une méthode neuronale issue de la traduction automatique.





Lieu : Afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur, la conférence se tiendra en visioconférence. Elle est accessible au lien suivant : Conférence Teams – Rémi Cardon. Si vous rencontrez des problèmes pour vous connecter, n’hésitez pas à nous contacter (erika.lombart@uclouvain.be ; eva.rolin@uclouvain.be).

Altissia Chair @ KBR-ULB-UGent Digital Heritage Series

Digital Humanities Research 2020-2021

Part II. DH Scholars in BE

KBR invites you to attend a new scholarly series on digital cultural heritage, the KBR-ULB-UGent Digital Heritage Seminar.

In the second part of this series from May to June in 2021 we will virtually host three academic scholars in presenting their work on cultural heritage materials, digital methods and digital humanities. Dealing with a variety of topics, periods and methods, these talks will be held in English, with questions in French, Dutch or English. The target audience is scholars, but the general public is warmly welcome. 

This series is co-organised by KBR’s two labs: Camille (Center for Archives on the Media and Information) and the Digital Research Lab, in cooperation with Université libre de Bruxelles and Ghent University.

Programme

  • Tuesday 25  May 15:00 – 16:30: Computationally Assembled Collections, Live Archiving, Hybridizing Corpora: Poetry as/of Data | Chris Tanasescu, Professor & Altissia Chair in Digital Cultures and Ethics, UCLouvain.

The talk will analyze the opportunities and challenges of data for/as computational approaches to poetry, with specific references to the #GraphPoem project. The latter deploys natural language processing and graph theory applications in representing, analyzing, and expanding poetry corpora as networks. But where do we find the data for the corpora, and how do we collect and assemble them?

In poetry the question becomes even more critical as we deal with both traditional/‘page based’ and digital (or electronic literature) forms and genres. Combining these genres and form(at)s begs for artificial intelligence-informed approaches that treat them specifically, at times on a poem-to-poem basis, while also establishing a foundation for making them cohere into intermedially assembled collections and computationally assembled anthologies.

In an alternative scenario, databases are put together collectively as part of interactive coding events such as the ones presented over the past few years as “institute performances” at the Digital Humanities Summer Institute (DHSI). Participants contribute data and run coding scripts assembling, analyzing, and sampling them automatically and feeding them into live streamed archives with a community performing function. A third relevant data-intensive approach involves corpora that are hybridized by, or submerged into, other corpora both enriching and subverting the ‘original.’ The resulting consolidated data is fed to algorithms that comb the processed neighborhoods of words, lines of verse, stanzas, passages or entire works for probabilistically close replacements and thus output conglomerates of alternative readings and reconfigurations.

The conclusion will consider poetry in digital space and media as a possible experimental gateway to tackling the present-day more general challenges related to cataloging, managing, analyzing, and expanding multi and inter-medial data within an analytical-creative framework.

Duration: 1,5 hours

REGISTER HERE

Registration is free but mandatory. The morning of the event you will be sent the link to the virtual series and the etiquette to follow.

Should have any further questions please email julie.birkholz@kbr.be or antoine.jacquet@kbr.be.

MORE INFO & REGISTRATION

Staged Bodies Exhibition Opening

Le Professeur Vincent Blondel 
Recteur de l’UCLouvain
Le Professeur Ralph Dekoninck 
Conseiller du Recteur pour la Culture
Le Professeur Marco Cavalieri 
Président de l’Institut des Civilisations, Arts et Lettres (INCAL), UCLouvain
Madame Anne Querinjean 
Directrice du Musée L

ont l’honneur de vous inviter à l’inauguration de l’exposition

STAGED BODIES. Mise en scène du corps dans 
la photographie postmoderniste

le jeudi 15 octobre 2020 à partir de 17h00 au Musée L.

Commissaire : Professeur Alexander Streitberger, UCLouvain (FIAL / INCAL)
 En raison des mesures sanitaires liées au COVID-19, les visites de l’exposition en avant-première seront organisées de 17 heures à 22 heures pour un nombre limité de personnes. Nous vous remercions donc de confirmer obligatoirement votre présence avant le 13 octobre 2020 via le formulaire en ligne .Confirmer votre présence >
 STAGED BODIES expose de nombreuses façons dont le corps est mis en scène dans la photographie artistique depuis 1970. À cette époque, le traitement du corps se transforme radicalement : ce dernier n’est plus considéré comme une réalité close et stable. Il devient une surface de projection fluctuante permettant de renégocier des questions fondamentales liées à la représentation, à l’identité et à la relation entre les sexes. À ce passage d’un corps naturel et permanent vers un corps idéologiquement déterminé et remodelable, correspond, en photographie, l’abandon d’une approche documentaire en faveur d’une staged photography, une photographie mise en scène qui, au lieu de prétendre à la reproduction du réel, le théâtralise et le fictionnalise. 

L’exposition s’articule autour de trois thématiques. La première partie, Double staged, telle une mise en abyme, part du constat qu’une image en cache toujours une autre. Ici, les images se réfèrent à d’autres représentations dont elles proposent la re-mise en scène. La deuxième, intitulée Performing gender, s’appuie sur l’idée que le genre n’est pas un fait naturel mais un processus historique et social. La troisième partie, Between Bodies, propose de s’interroger sur le corps collectif et social, c’est-à-dire le corps dans son interaction avec d’autres. 

Le Musée L fait ainsi la part belle au médium photographique avec cette exposition au contenu construit, tant sur le plan esthétique que par l’actualité de son propos.

Artistes exposés
Eleanor ANTIN, Victor BURGIN, Balthasar BURKHARD, Lili DUJOURIE, Les KRIMS, Patrick FAIGENBAUM, Nan GOLDIN, Michel JOURNIAC, Jürgen KLAUKE, Urs LÜTHI, Duane MICHALS, Shirin NESHAT, Luigi ONTANI, ORLAN, Martin PARR, Cindy SHERMAN, Hiroshi SUGIMOTO, VALIE EXPORT, Jan VERCRUYSSE Crédits photo: LÜTHI Urs, Tell Me Who Stole Your Smile n°2,1974, Inv. 83.069, Collection IAC, Villeur-banne/Rhône-Alpes (France), photo Blaise Adilon / © Urs Lüthi
Musée L – Musée universitaire de Louvain
UCLouvain
SSH/INCA/MUSE 
Place des Sciences, 3 bte L6.07.01
1348 Louvain-la-Neuve
Tél. 32 (0) 10 47 48 41
www.museel.be
 
https://museel.be/fr/exposition/staged-bodies-mise-en-scene-du-corps-dans-la-photographie-postmoderniste
https://museel.be/en/exhibiton/staged-bodies-staging-human-body-postmodern-photography
https://museel.be/nl/tentoonstellingen/staged-bodies-de-weergave-van-het-lichaam-de-postmodernistische-fotografie

#VertigeDesImages : Vernissage Expo Virtuelle

Les étudiant.e.s du master de spécialisation en cultures visuelles (UCLouvain), encadrés par les Professeurs A. Streitberger (FIAL) et S. Fevry (COMU), vous invitent au vernissage de leur exposition virtuelle, le 11 mai à 18h.

Les images ont toujours été une partie constitutive des sociétés humaines, de l’Histoire telle qu’elle est perçue et racontée, de notre fabrique de signification et des imaginaires individuel et collectif. Cependant, de nos jours, nous observons une intensification constante du flux d’images qui nous parviennent et que nous créons : notamment par notre consommation des réseaux sociaux, de la publicité, de l’information en continu, des films et séries, etc. Cette multiplication des types d’images et de supports à de quoi donner le vertige !

Pour s’adapter au confinement dû à la crise du covid-19, l’exposition, initialement prévue à Louvain-La-Neuve, a été recréée virtuellement pour accueillir une version numérique des oeuvres exposées. 

A partir du concept de metapicture développé par W.JT. Mitchell, nous vous proposons une réelle réflexion sur les images, les supports médiatiques et les frontières de l’art. Ce parcours virtuel immersif nous invite à (re)découvrir les images de notre quotidien, aux travers des pouvoirs et influences qu’elles exercent sur nous. 

Plongez avec nous dans la spirale virtuelle à travers votre écran !

INFORMATIONS PRATIQUES 

Une inscription est indispensable pour avoir accès au vernissage qui se tiendra le lundi 11 mai à 18h. Vous pouvez, dès maintenant, vous inscrire via le formulaire en ligne prévu à cet effet. Le jour du vernissage, vous recevrez un courriel avec le lien vous permet de vous connecter à l’exposition. Plusieurs activités animeront la soirée et encourageront les échanges. 

A partir du mardi 12 mai, nous communiquerons publiquement le lien qui rendra l’exposition accessible à toutes et à tous. Rendez-vous sur notre page Facebook pour de plus amples informations et pour découvrir, en avant-premières, quelques images de l’exposition !

Lien du formulaire d’inscription : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfcxJgbWqzjOTlnVih3a7T21QlYoxeqrhsJRbHcZk4GlCaTTg/viewform?fbclid=IwAR2Bce5jaW_dmFpKZ2_A1jZdC1v9KJWc7Rk8zd60Kg8ZrDkEMt9w1Zi3Ajw

Lien de l’événement du vernissage : 

https://www.facebook.com/events/555774135320584/

Lien de l’événement de l’exposition : 

https://www.facebook.com/events/331605901150206/

Lien de la page Facebook : 

https://www.facebook.com/Expo-virtuelle-Vertige-des-images-101193608243072/?modal=admin_todo_tour

Bien cordialement,

Alexander Streitberger

Anthologie de poésie assemblée informatiquement. Événement avant-première

Événement livestream organisé par l’équipe de la Chaire Altissia (28 mai 21h sur Twitter : @GraphPoem)

Avant-première :

La première anthologie de poésie belge contemporaine assemblée informatiquement

BELGraphPoems

Un événement livestream présentant

poésie

art vidéo et audio

applications informatiques

MARGENTO

featuring

Carl Norac — Poète National

Elke de Rijcke — écrivain, traductrice de poésie, performeur, curatrice et professeur d’art & de littérature aux ESA Saint-Luc et à l’erg

Jean-Pierre Verheggen — écrivain et poète belge d’expression française

Laurence Vielle — l’artiste en résidence 2019-2020 de l’UCLouvain

Traductions en anglais par

Chris Tanasescu

John Taylor 

Programmation informatique : Chris Tanasescu (MARGENTO)

Art vidéo et audio ; régisseur de diffusion livestream : Costin Dumitrache (MARGENTO)

Programmation Twitter bot : Prasadith Buddhitha (MARGENTO)

28 mai 21h sur la page Twitter de

@GraphPoem

et sur TEAMS :

https://bit.ly/3gpTL55

avec le soutien de

UCLouvain Culture

Co-organisateurs :

Bureau des Etudiant·es FIAL

Le kap Carpe Studentem

FIAL

INCAL

CENTAL

TNT Lecture Series (I)

Dans le cadre de la série de conférences TNT (Third Numerical [Digital] Thursday), nous avons le plaisir d’annoncer le premier événement. 

Madame la professeure Els Lefever (Université de Gand) donnera une conférence sur 

« Cyberbullying Detection, Irony Detection, & Opinion Mining in Distributional and Deep Semantic Text Analysis » 

le 5 mars de 15h00 à 16h00 dans la Salle du Conseil Collège Erasme.

Au plaisir de vous y rencontrer,

L’équipe de la Chaire Altissia en Cultures et Éthique du Numérique

Prof. Els Lefever is an assistant professor on the Language and Translation Technology Team (LT3) at Ghent University. She started her career as a computational linguist at the R&D-department of Lernout & Hauspie Speech products. She holds a PhD in computer science from Ghent University on ParaSense: Parallel Corpora for Word Sense Disambiguation (2012).

She has a strong expertise in machine learning of natural language and multilingual natural language processing, with a special interest in computational semantics, cross-lingual word sense disambiguation, and multilingual terminology extraction. 

She supervises PhDs on terminology extraction from comparable corpora, sentiment mining of financial news, terminological ambiguity in cross-disciplinary contexts, argumentation mining in social media and the automatic detection of cyberbullying in online text. 

She teaches Terminology and Translation Technology, Language Technology and Digital Humanities courses, and serves as co-director of the Ghent Centre for Digital Humanities.