Chargement du site...
Rechercher sur le site

Conception et architecture poétique Maxime LEGEIN

« Pour moi, il ne peut s’agir de qualité architecturale que si le bâtiment me touche. Mais qu’est-ce qui peut bien me toucher dans ces bâtiments ? Et comment puis-je le conce- voir ? Comment puis-je concevoir quelque chose comme l’espace qui est représenté sur cette photographie ?

C’est pour moi une icône, je n’ai jamais vu l’édifice, je crois qu’il n’existe plus, et je le regarde avec un immense plaisir. Comment est-il possible de concevoir des choses qui ont une présence si belle, si évidente, et qui me touche toujours ? »

Peter Zumthor, Atmosphère

l

Projet BAC 3, «Un atelier pour les BAC 1 dans le parc»

 

Avec le recul, je crois que c’est ici que tout a commencé,  à la suite de cette lecture. Depuis, la question d’une relation entre matérialité de l’architecture et poésie m’habite.

De prime abord, si on se réfère à nos cours et aux discours qui ont pu être  enseignés  en  école  d’architecture, aux conférences, aux dires des architectes, on  constate que l’architecture et la poésie entretiennent un certaine nombre de relations et ce depuis longtemps.

Dès lors que l’on s’attarde sur la question de la poésie et des liens entretenus avec l’architecture, on comprend assez rapidement que cette relation se  fonde sur un certain nombre de facteurs qui permettent à l’individu de communiquer avec l’architecture.

Par conséquent il est assez difficile de comprendre les rouages de ces liens sans baliser et analyser de façon précise ces différents outils. Ce TFE cherche donc à explorer ces différents facteurs à travers plusieurs architectes et  leurs réalisations pour en saisir la poésie.

Maxime LEGEIN

 

mm-2mm

Référence : Musée de la mine de Zinc, Peter Zumthor

 

 

Categories

Tags

Partagez ou envoyez par mail:

Ou copiez-collez et partagez ce lien
Navigation