Chargement du site...
Rechercher sur le site

Les Jeux Olympiques et l’architecture Benjamin Garçon

 

Depuis les premiers qui se sont déroulés en 1896, les Jeux Olympiques n’ont cessés de proposer des prouesses architecturales et techniques. Depuis plusieurs éditions les dépenses financières sont énormes, seulement les épreuves sportives ne durent que deux mois et la question de « l’après jeux olympiques » se pose. Si la reconversion des parcs olympiques n’est pas anticipée lors de la conception, le financement des installations peut devenir un vrai fardeau pour le pays hôte. Les exemples sont plutôt fréquents lors des dernières années.

On peut remarquer des villes hôtes comme Athènes ou Pékin qui ont complètement raté la phase « post-olympique » de leurs installations. Il existe plusieurs raisons à ces échecs, comme les changements urbains complétement ignorés. Les impacts écologiques et économique ont souvent  pu être sous évaluer ou encore les populations locales pas intéressés par la grande majorité des sports présentés durant la quinzaine des jeux.

Mais de nos jours le plus gros problème des villes hôtes c’est l’investissement de millions de dollars dans des équipements sportifs parfaitement adaptés à l’afflux de millions de visiteurs durant les deux semaines de compétition, mais complétement inadapté à la phase post olympique.

Pour l’instant seul Londres a réussi à anticiper l’héritage qu’allait laisser les jeux de 2012 et ainsi proposer des équipements sportifs modulables, transformables et même temporaire pour s’adapter à la phase post-olympiques.

 

 

L’idée développée par le TFE :

Depuis de nombreuses années, toutes les études questionnant l’héritage des parcs olympiques se contente d’étudier l’urbanisme et les questions géopolitiques liées aux jeux olympiques. Dans mon TFE j’aimerais questionner l’anticipation et l’adaptation des équipements sportifs avec un mode « olympique » et mode « héritage » pour des équipements tel qu’une piscine, une salle de sports collectifs ou encore un stade olympique. L’idée générale serait de remettre en cause le fonctionnement architectural des jeux olympiques, par exemple la conception d’un stade olympique entièrement temporaire.

Il est évidemment impossible d’éluder la question urbanistique dans la conception architecturale  d’un tel événement. Mais l’idée pourrait être d’installer un de ces différents programmes sportifs dans un des parcs olympiques en préparations pour les prochains jeux olympiques (Tokyo 2020 ; Paris, Los-Angeles, Budapest 2024). Ainsi, il serait possible de pousser jusqu’au bout la conception du projet.

 

Références :
1- Athènes 1896 - Stade des panathénées
2 - Tokyo 1964 The Yoyogi National Gymnasium
3 - Munich 1972 - Stade olympique
4 - Barcelone 1929  - Stade olympique
5 - Barcelone 1992  - Stade olympique
6 - Barcelone 1992 - Piscine olympique (1992)
7 - Barcelone 1992 - Piscine olympique (2015)
8 - Athènes 2004 - Installation beach volley (2004)
9 - Athènes 2004 - Installation beach volley (2016)
10 - Pékin 2008 - Piscine olympique (2008)
11 - Pékin 2008 - Piscine olympique (2011)
12 - Londres 2012 - Stade olympique (2012)
13 - Londres 2012 - Stade olympique (2016)
14 - Londres 2012 - Piscine olympique (2012)
15 - Londres 2012 - Piscine olympique (2016)

Categories

Tags

Partagez ou envoyez par mail:

Ou copiez-collez et partagez ce lien
Navigation