Lipofuscinoses 
Previous Topic  Next Topic 

[MIM 204 200204 500256 730600 143609 055610 127]

(Céroïde-lipofuscinoses neuronales)

Groupe de maladies lysosomiales de transmission, en général, autosomique récessive. Prévalence : 1/12.500. Accumulation intralysosomale de céroïde et de lipofuscine. Neuf variétés (13 gènes) ont été décrites : toutes associent une démence progressive, une perte de vision, des convulsions et des problèmes de motricité. Elles étaient classiquement classées en fonction de leur début et de l’ordre d’apparition des symptômes. Leur hétérogénéité génétique et allélique a nécessité la mise au point d’une nouvelle classification (tableau) qui prend en compte le gène responsable et l’âge de début des symptômes.

Trois enzymes déficients ont été identifiés jusqu’à présent :

 

phénotype

proportion

gène

âge de début

premiers symptômes

congénitale

 rare

CTSD

Période périnatale

Microcéphalie, convulsions

infantile

fréquente


rare


classique


fréquente en Finlande

PPT-1


KCTD7


TPP-1


CLN5

6 mois-2 ans




2 -4 ans


4-7 ans

Déclin cognitif, perte de vision




Convulsions, déclin cognitif, perte vision

Déclin cognitif, convulsions, perte vision

Infantile tardive

rare


variante rare


variante rare


variante très rare


variante rare


classique fréquente


classique rare

CLN6


MSFD8



CLN8



CTSD



PPPT-1



CLN3



PPT-1

18 mois – 8 ans





3 -7,5 ans













4-10 ans

Déclin cognitif, convulsions, perte vision

Déclin cognitif, convulsions, perte vision


Déclin cognitif, convulsions, perte vision

juvénile

rare


rare


rare

TPP-1


CLN9


ATP13A2


Troubles neuropsychiatriques

épilepsie nordique

fréquente en Finlande

CLN8

5-10 ans

Convulsions, déclin cognitif, parfois perte de vision

adulte

Rare

Maladie de Kufs

CTSD, PPT-1, CLN3, CLN5, CLN6, CTSF, GRN

15-50 ans

Type A : déclin cognitif, épilepsie

Type B : troubles du comportement

adulte autosomique dominante

Inconnu

Maladie de Parry

DNAJC5




Les plus connues sont :


Traitement expérimental : études de phases 1 de transplantation intracérébrale et intraventriculaire de cellules souches cérébrales chez des enfants souffrant des formes infantile ou infantile-tardive. Pour la forme CLN2 : injections intracérébroventriculaires via un réservoir dOmaya de cerliponase-alpha pour ralentir lévolution. Risque de fièvre, de vomissements, de réaction anaphylactique.


Implications anesthésiques

Épilepsie, troubles du comportement. Si CLN3 à l’adolescence : examen cardiologique préopératoire.

Traitement de l’épilepsie : la carbamazépine, la phénytoïne et la lamotrigine peuvent aggraver l’épilepsie ; l’acide valproïque peut provoquer une sédation excessive.

Pour la forme infantile, risque important d’hypothermie et de bradycardie sinusale sous anesthésie, surtout dès que les signes cliniques de la maladie sont présents.


Références : 


Mise-à-jour  août 2019