Numéro 52 :

Ils étaient médecins

Emile Littré  (1801-1881) : La pathologie verbale 1

René Krémer

 

Lorsqu’il était à Louis Le Grand le jeune Littré a gagné le concours des 4 grands Collèges de Paris, avec un discours imaginé de Constantin Paléologue à la veille de la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 2.


Après avoir renoncé à l’examen d’entrée à Polytechnique en raison d’une luxation de l’épaule mais surtout parce qu’il était « effrayé par les mathématiques », Littré devient secrétaire du Comte Daru, pair de France, qui écrivait à l’époque une histoire de la république de Venise. Après peu de temps, le Comte écrit au père de Littré : « votre fils vaut mieux que ce que je lui fais faire »

Le jeune homme choisit alors la médecine qui, écrit-il  « concilie les exigences de l’esprit scientifique et le souci de soulager les souffrances. »
Il entre à l’Ecole de Médecine à Paris en 1822, au milieu de l’agitation estudiantine hostile à Louis XVIII
Externe des hôpitaux à la Charité, il soigne notamment les enfants et ceux qu’on appelait, à tort parfois, les « vénériens ».  Il écrit un poème, d’assez médiocre facture, mais empreint de compassion :

…longues , longues salles
Aux deux rangs de lits chargés de rideaux blancs
Et leurs lampes de nuit sur les luisantes dalles,
Jetant de loin en loin quelques rayons tremblants.

Son livre « médecine et médecins » ( 1871) témoignera de sa pitié pour la condition humaine, mais aussi de son enthousiasme pour la perfection et l’harmonie du corps humain et, particulièrement pour la physiologie qui n’est pas enseignée à Paris à l’époque.  Il s’oppose à toutes les superstitions mais aussi à l’homéopathie, que Samuel Hahneman avait imaginée en 1796.

Il donne des leçons de grec et de latin et écrit une tribune dans le Journal Hebdomadaire de Médecine, en partie pour arrondir son maigre pécule d’interne.  Ses écrits font apparaître une certaine déception de la médecine, avec l’incertitude du diagnostic et du traitement et la peur de se tromper. « La responsabilité est grande, le pouvoir petit »; c’est moins vrai à l’heure actuelle.
Il refuse de présenter sa thèse de doctorat « pour éviter de s’enfermer dans une carrière à voie unique ». On le surnommera « le roi sans couronne ».
Toutefois, il n’abandonnera jamais complètement la pratique médicale.  Il écrit : « les apostats de la médecine demeurent marqués pour toujours, car la médecine est une école sévère et dure, mais fortifiante ».

Il entreprend son premier ouvrage important : la traduction de l’œuvre complète d’Hippocrate, un travail gigantesque « dans un dédale de manuscrits », ce qui ne l’empêche pas de faire le coup de feu les 28 et 29 juillet 1830, lors de l’insurrection contre Charles X.
En 1832, il publie un livre sur le choléra, étude épidémiologique avant la lettre.  Bien que la contagion n’y soit pas évoquée, il met en évidence les conditions géographiques, saisonnières, socio-économiques de l’épidémie et parlera en 1858 d’ « un principe animal ou végétal » responsable.

Il déclare : « J’ai touché à bien des points dans le domaine du savoir ; aucun ne m’a désintéressé de la médecine. »   Il continue d’ailleurs à fréquenter la clinique de Bouillaud à la Charité. « Tout en m’éloignant de la pratique, je me rapprochais de la science.»   Il pratiquera  très longtemps à Mesnil Le Roy, où il avait sa maison de campagne, en donnant des soins gratuits à ses voisins et en leur apportant une aide morale et affective.

Il avoue que « par désuétude d’exercice », il devenait de plus en plus malhabile et « dépourvu » dans l’emploi des médicaments.  « Si je vaux encore quelque chose médicalement, c’est dans le diagnostic et le conseil général. »  Ces conseils, il les donnaient parfois par lettre.  C’est ainsi que l’on conserve de lui une lettre de 1862 adressée à une dame souffrant d’un coryza chronique : il lui recommande des fumigations de goudron.

Ses articles sont innombrables, mais le plus souvent en rapport avec la médecine.  Il publie une nouvelle édition du dictionnaire de la médecine de Nysten, un médecin belge, s’intéresse aux maladies des personnages illustres : Alexandre le Grand n’aurait pas été empoisonné et Henriette d’Angleterre serait morte d’une perforation d’estomac.  Il étudie également les grandes épidémies : la peste d’Athènes, le mal des ardents, la peste noire, le typhus, la danse de Saint Gui…  Il s’intéresse à l’éthique et notamment au libre arbitre, à la moralité et à la responsabilité, ainsi qu’au rapport entre la sociologie et la biologie.
En 1837, il donne des articles à une revue éphémère, « L’expérience », qui n’accepte que des articles fondés sur l’expérience, un précurseur de « l’evidence based medicine » récemment redécouverte.
Littré aura des accès de mélancolie lors de la mort de sa mère, de sa sœur et de son frère, ce dernier victime d’une septicémie contractée lors d’une leçon d’anatomie à laquelle il avait voulu assister bien qu’il ne soit pas médecin.

Disciple fervent d’Auguste Comte et adepte du positivisme, il proclame que l’homme est un animal mammifère de l’ordre des primates, famille des bimanes et que la psychologie doit faire place à la physiologie du cerveau.  A la fin de sa vie, il nuancera ces opinions.
Sa candidature à l’Académie Française est vivement combattue par Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, mais il y accédera néanmoins en 1873, tandis que l’évêque intransigeant démissionnera.
Talonné par Hachette, il poursuit le travail colossal  du « Dictionnaire de la Langue Française », son chef d’œuvre, qui l’a fait connaître dans le monde entier. Entrepris dès 1844, cet ouvrage ne sera achevé que trente ans plus tard.

A la fin de sa vie, perclus de rhumatismes, il ne quittait plus guère son bureau et traduisait l’enfer de Dante en langue d’oïl !  Sa femme et sa fille, dont il n’avait jamais tenté de contrarier la foi fervente, le firent baptiser et organisèrent des funérailles catholiques.  Ce positiviste, un Saint laïc selon Pasteur, s’était-il converti, la mort approchant ?  Ce sujet est controversé et analysé différemment, en fonction des croyances des biographes.

Ouvrages consultés.
Pierre Valéry Radot : Littré, interne des hôpitaux. Médecine de France (1957)
Jean Hamburger. Monsieur Littré (1988)
Académie française :  discours et travaux académiques.
www.academie-francaise.fr/immortels/

  1. Le titre complet de ce chapitre des « Etudes et glanures pour faire suite à l’histoire de la langue française » est « La pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage » (1880) Littré introduit ainsi ce texte :  Comme un médecin qui a eu une pratique de beaucoup d’années et de beaucoup de clients, parcourant à la fin de sa carrière le journal qu’il en a tenu, en tire quelques cas qui lui semblent instructifs, de même j’ai ouvert mon journal, c’est-à-dire mon dictionnaire, et j’y ai choisi une série d’anomalies, qui, lorsque je le composais m’avaient frappé et souvent embarrassé.   Prenons comme exemple, le terme « accoucher »   Accoucher, écrit Littré, n’a aujourd’hui qu’une acception, celle d’enfanter, de mettre au monde en parlant d’une femme enceinte. Mais, de soi, ce verbe, qui évidemment contient couche, coucher est évidemment étranger à un pareil emploi. Le sens propre d’accoucher ou, comme l’on disait aussi de s’accoucher est se mettre au lit. Comme la femme se met au lit, se couche pour enfanter, le préliminaire a été pris pour l’acte même, exactement comme si, parce qu’on s’assied pour manger à table, s’asseoir avait pris le sens de manger….  L’usage moderne réservait à ce mot une bien plus forte entorse ; il en a fait un verbe actif qui devrait signifier mettre au lit, mais qui, dans la tournure qu’avait pris la signification, désigna l’office du chirurgien et de la sage-femme…..C’est ainsi que l’artiste remanie souvent l’argile qu’il a entre les mains.   De nos jours, nouvelle entorse ; la signification s’est encore élargie et l’on dit plaisamment "qu’on accouche d’un travail pénible. "
  2. Ce Constantin Paléologue est le fils de Manuel Paléologue (1391-1423) celui là même dont  notre Pape Benoît XVI a pris récemment en exemple une phrase qui a irrité les musulmans.


AMA-UCL Association des Médecins Alumni de l'Université catholique de Louvain

Avenue Emmanuel Mounier 52, Bte B1.52.15, 1200 Bruxelles

Tél : 02/764 52 71 - Fax : 02/764 52 78